La révolution d’Yves Mathieu – 2015

Voir le film (Youtube 1h22)

Distribution :  Les Films de l’Atalante
Production : Seconde VagueLes Films de l’AtlantideDjinn

2020 en Mai : University of Southern California USA / Exposition Mémoires conférence par ZOOM
2020 en mars : Pennsylvanie University The Behrend College USA / conférence par ZOOM
2020 en février : Festival NOVA Bruxelles Belgique
2018 : Présentation au Marlboro College Vermont USA
2018 : Festival International du Film d’Amiens France
2018 : Festival Docs and Talks Copenhague Danemark
2017 le 28 mars : Présentation à l’Institut du Monde Arabe de Paris France
2017 le 20 avril : sortie du DVD distribué par LES FILMS DU PARADOXE 
2017 en octobre : Festival du Film Historique de Waterloo Belgique
2016 : Sélection Rencontres Internationales des Cinéma Arabes AFLAM /Marseille France
2017 le mardi 28 mars à 19h : Projection/Débat > Institut du Monde Arabe • 1 rue des Fossés-Saint-Bernard • Place Mohammed V • 75005 Paris France
2016 le lundi 5 décembre à 20h : Projection/Débat > Cinéma La Clef • 34 r. Daubenton • 75005 Paris France

2016 le MERCREDI 7 DÉCEMBRE : Sortie en salles

adp-bande-annonceBande Annonce
Enjeu du film
Difficultés et montage
Choix du titre
Voir l’étude La révolution n’est pas un diner de gala
Suivre sur Facebook | Dossier de presse (PDF 5Mo)
Voir la page Facebook Histoire de l’Algérie Post-Coloniale

2015 LE JEUDI 15 OCTOBRE À 18H
Avant-première mondiale à la Cinémathèque d’Alger

En rencontrant ses anciens compagnons de combat, le film suit le parcours d’Yves MATHIEU, né à Annaba, anticolonialiste en Afrique Noire puis avocat du FLN. À l’Indépendance de l’Algérie, il rédige les Décrets de Mars sur les biens vacants et l’autogestion, promulgués en 1963 par Ahmed BEN BELLA. La vie d’Yves MATHIEU est rythmée par ses engagements dans une Algérie qu’on appelait alors « Le Phare du Tiers Monde ». La réalisatrice, qui est sa fille, revient sur les conditions de son décès en 1966.

Avec la participation de :

Ali HAROUN
Meziane CHERIF
Jacques VERGÈS
Ahmed BEN BELLA
Jean Marie BOEGLIN
Mourad LAMOUDI
Mohamed HARBI
Mohamed BEDJAOUI,
Annette ROGER-BEAUMANOIR
Amar BENTOUMI
Denise MENDEZ
Nadia BRAïK
Abdérahmane BOUHADE
Jean Marc GREGORIO
Henri COUPON

Revue de presse (PDF 1 Mo)

« Au-delà de la vie d’Yves Mathieu, toute passionnante soit-elle, ALGÉRIE DU POSSIBLE permet d’approcher une des plus belles utopies portées par Ben Bella et ses conseillers : les domaines agricoles autogérés.»
6 décembre 2016
Pierre DAUM, Le Monde Diplomatique

« Je suis en Irak jusqu’au 7 décembre. J’ai visionné votre film. Très bon travail qui a le mérite de ne pas raconter d’histoire. Les entretiens sont intéressants, sur l’autogestion les remarques sont pertinentes.»
19 octobre 2016
Gérard CHALIAND, universitaire,
géostratège et homme de lettres français
Lire à son sujet : «Pourquoi perd-on la guerre?»

« Chère Viviane,
Ton courage est très grand et le mouvement par lequel tu le surmontes très beau. On peut en dire bien des choses : qu’un tel film est utile à la France et à l’Algérie d’aujourd’hui. Parce que cette histoire semble ne devoir jamais être faite. Ou parce que chacun des deux pays se fait la sienne, qui tient certes compte du fait qu’une histoire nouvelle et distincte a commencé là, mais pas qu’une histoire ancienne et commune persiste dans cette histoire nouvelle…
 »
13 octobre 2016
Michel SURYA est philosophe, écrivain,
éditeur de la revue LIGNES
https://www.editions-lignes.com/_Surya-Michel_.html
https://www.editions-lignes.com/-Revue-lignes,6-.html

« Certains lui conseilleront d’ouvrir une enquête pour connaître vraiment la vérité sur la mort de son père d’autant que les anciens amis de ses parents tenaient, se rappelle-t-elle, des propos équivoques quant à sa mort accidentelle survenue le soir en pleine route … »
O. HIND sur lexpressiondz.com (Algérie)

« Chaque plan est significatif et aussi emballant l’un que l’autre du paysage de notre pays. Des images, qui nous interpellent en rappelant l’engagement des Femmes et des Hommes,… »
Mohamed EL AMINE sur oranais.com (Algérie)

« Mené comme un road movie sur les pas de son père, entrecoupé d’une multitude de témoignages de compagnons de route du militant dont le défunt Président Ahmed Ben Bella, ce film revient longuement sur les grands projets de l’Etat algérien au lendemain de l’indépendance…
Rédaction du HuffPost Algérie

« C’est l’histoire d’un engagement, celui du père de la réalisatrice, avocat du FLN durant les « événements » (le terme de « guerre » ayant été banni durant toute la période), compagnon de route actif des Algériens après l’indépendance, mort dans un accident de voiture à un moment crucial, alors qu’une nouvelle orientation, et pas la plus heureuse, était imprimée à la révolution. »
Lucien LOGETTE, critique de cinéma (France) sur jeunecinema.fr

« C’est un panorama passionnant, plein de fièvres et de doutes, sur la guerre et l’après-guerre d’Algérie que bien peu de Français (et d’Algériens) connaissent, un hommage émouvant à un homme qui a donné sa vie pour ce pays…. Il est essentiel à la connaissance de l’histoire de l’Algérie contemporaine. »
Benjamin STORA, historien (France-Algérie)

« Passionnant et très émouvant »
Jean Michel FRODON, critique de cinéma (France)

« J’ai visionné « Algérie du possible » avec beaucoup d’enthousiasme et de plaisir. C’est un film très intelligent qui évoque l’Histoire au sens propre, à deux niveaux (personnel et de deux pays: l’Algérie et la France) avec un regard critique et avec amour aussi. Ce va-et-vient est magnifique, génial… En même temps, il s’agit d’un film critique (très critique) avec intelligence formidable, du sein du système et qui se base sur des archives inédites. Bien qu’impliquée profondément dans l’Histoire, la réalisatrice l’aborde avec une souplesse d’artiste. » Ahmed BOUGHABA, critique de cinéma (Maroc)

« Le film est magnifiquement fluide, élégant, enlevé. Ce n’est pas rien de réussir à faire en même temps le portrait d’un homme et celui d’une Révolution, des pouvoirs qui finalement l’ont incarnée. » Patrice BARRAT (Producteur et réalisateur à Point du Jour puis Article Z, France)